Cercle Psychanalytique de Paris

 

LE REEL SOUS TOUTES SES COUTURES – Michel MULLER

LE REEL SOUS TOUTES SES COUTURES

 

Le réel ça parle, et contrairement aux milliers de langues ordinaires, ça parle librement, sans grammaire, orthographe. Et comme le réel parle toutes les langues en même temps, il peut être expliqué et compris par tout un chacun.

Alors le réel, c’est quoi ?

En lisant de gauche à droite et en langue française, c’est le réel, et je peux répéter à l’infini, le réel c’est le réel, comme 2 = 2, ce qui est la stupidité même !

Comment mettre cela en mouvement ? En changeant de direction ; ainsi, en lisant de droite à gauche, réel devient leér, et la résonnance qui en découle, germanique, signifie vide. Ainsi le réel, c’est le vide. Et comme le vide, c’est la non fixation, il ne peut rester à leér, dans le sens de vide. Alors dans son trou il entend maintenant lehr avec une oreille alsacienne, ce dialecte qui ne vient de nulle part et qui s’écrit phonétiquement, sans aucune règle, et donc n’importe comment !

Lehr dans ce dialectique a le sens de l’impératif « apprend ». Dès lors, le réel ouvre à l’apprentissage du vide, qui est l’apprentissage suprême, qui autorise tous les autres apprentissages.

Le réel du vide ne s’arrête jamais ; il pulse pour en jouir.

Comment ? En jouant avec les voyelles, et toujours dans le même dialecte, après avoir entendu l’impératif lehr, il entend lahr par un tour de passe-passe, ce qui signifie vide.

Ainsi le réel n’a aucune réalité, ce qui en fait son infinie beauté. C’est pour ça qu’il est si preste et chirurgical, qu’il soigne et guérit, car il retombe toujours sur ses pieds….

 

Michel Muller

Psychanalyste du CPP


Voir aussi


Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*