Cercle Psychanalytique de Paris

 

Jang Kwang Bum – « Bleu poncé »

A la Galerie Iconoclastes – Paris 2ème

 Galerie Iconoclastes

Jang Kwang Bum

« Bleu poncé »

 

Dans l’antiquité, la beauté était figurée par la déesse Aphrodite, dont le nom signifie toujours « née de l’écume ». L’écume des temps. Le mot écume a pour racine le sanscrit « phéna » dont le mot « poncer » est originaire.

Justement le ponçage est la technique lente, patiente, difficile et délicate que l’artiste Jang Kwang Bum a mise au point pour créer ses œuvres. D’où le titre de son exposition à la Galerie, la bien nommée, « Iconoclastes » au cœur de Paris : «  Bleu Poncé ». Nonobstant, il se trouve que, transcendant son aspect technique, le ponçage est une métaphore du temps. En effet, qu’est-ce qui décape pour rendre plus pur, sinon le temps ? Pur comme la beauté quand elle s’avère l’écume des temps. Nous nous retrouvons par là dans une des perspectives les plus modernes de l’esthétique. Einstein ne disait-il pas : «  En supprimant la matière, on a cru qu’il resterait l’espace, mais en supprimant la matière on s’est aperçu qu’on avait aussi supprimé l’espace ». Plus de matière, plus d’espace, que reste-il alors ? Le temps.

Non pas le temps chronologique qui est conventionnel, non pas le temps subjectif, le temps  atmosphérique, ou le temps des espaces psychiques, mais le temps réel celui qui engendre toutes choses, imaginaires et symboliques, et qui les absorbe.

Le temps infini et absolu qu’aucune mesure ne peut réduire et qui engendre tout ce qui ne fait que passer. L’art abstrait nous a appris, avec Yves Klein, que la couleur du vide est le bleu. Le vide du ciel est le bleu. Le temps réel est le vide puisqu’il engendre et fait passer toutes choses.

A ce bleu délicat fait sans doute écho la petite algue bleu d’où provient toute vie depuis les océans primitifs d’il y a quelque cinq milliards d’années. En tout cas, le bleu de « l’origine sans origine » est certainement ce bleu raffiné que retrouve, réinvente, dévoile, après ses innombrables ponçages, Jang Kwang Bum pour réaliser des tableaux qui favorisent une méditation riche et tranquille. Des tableaux qui engendrent une sérénité profonde et une calme espérance. Après tout Jank Kwang Bum n’est-il pas originaire de Corée ? La Corée, « le Pays du matin calme » : Cho-sen.

 

Guy Massat

salle1


Voir aussi

  • Art contemporain taoïste

    Galerie Iconoclastes, 20 rue Danielle Casanova, 75002 Paris Yoo Juhee (ça se prononce « j’ouïe ou jouis », comme on voudra, en français) […]


Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*