Cercle Psychanalytique de Paris

 

Dracul’ a – Au théâtre de l’Orme

DRACUL’ A

Il y a eu toujours et encore de nos jours dans Paris des petits théâtres, connus de peu de gens, où l’on peut voir des pièces extraordinaires. Généralement les mises en scène y sont faites sans moyen et utilisent traditionnellement le pouvoir d’imagination créatrice des spectateurs. C’est  ça « le vrai théâtre » comme le voulait Shakespeare. Le public doit être inclus positivement dans l’opération du spectacle. DRACULA de Régis Monot, au théâtre de l’Orme, en est l’exemple paradigmatique. Le théâtre de l’Orme est caché dans la cour d’un immeuble moderne dans une rue du quartier du 19ème arrondissement. Le site semble avoir été conçu spécialement pour raconter des histoires de vampires. Ça tombe bien. Le Dracula de Régis Monot est la théâtralisation du roman épistolaire de l’écrivain irlandais Bram Stoker publié en 1897 qui relate l’histoire du Comte Dracula, un vampire qui se repaît du sang des vivants et les transforme à leur tour en vampires. Le sujet est une métaphore toujours renouvelée de la dialectique d’Eros et de Thanatos. Selon Freud, ces deux pulsions de base, rendent compte des métamorphoses des civilisations et de toute communauté. C’est que le vampire se nourrit du sang des autres, c’est-à-dire des autres. Dans ce sens, nous sommes tous des vampires et entourés de vampires puisque d’une manière ou d’une autre, nous nous nourrissons et nous échangeons avec les autres. Nous ne pouvons vivre sans cela. C’est la complexité vertigineuse du mythe de Dracula. Mais tout cela est dit ici avec un humour, une légèreté, une drôlerie exemplaire dans un florilège de masques, de pantomimes, de chants et de bruitages, de traits d’esprits et de combats à la manière de de la commedia dell’arte. Des comédiens qui s’amusent eux-mêmes, qui jouent pour le plaisir et qui nous amusent en nous donnant à penser, voilà le DRACULA, tragedia delle arte du théâtre de l’Orne. Il est magistralement servi par Virginie Amene, Anne Marie Bulté, Delphine Kuehn, Albin Labore et Régis Monot.

Réservation 01 43 71 64 42. Théâtre d l’Orme – 16 rue de l’Orme, 75019 Paris.

Guy Massat

Dracula   II

On peut mesurer la médiocrité de la psychanalyse d’aujourd’hui au fait que les psychanalystes ne se précipitent pas à la pièce de Régis Monot « Dracula » au théâtre de l’Orme (contrepèterie de « mords-le » ce qui est énorme pour l’histoire du vampire emblématique qu’est le comte de Dracula). Dès le premier séminaire que Lacan accepta de publier, le Séminaire XI, « Les Quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse » il traite, avec la question fondamentale « qu’est-ce que la psychanalyse » ? de la chauve-souris comme emblème de la psychanalyse : « Sans doute y a-t-il là plus d’une ambigüité à cette question chauve-souris » (p.9). C’est que la chauves-souris est à la fois oiseau, « voyez mes ailes », selon Esope et La Fontaine, et à la fois souris « voyez mes oreilles et ma queue ». Ce qui illustre exemplairement l’Unbewust, le double sens qu’est l’inconscient. Les chauves-souris appartiennent à la famille des Desmodontinae appelée communément vampires car elles se nourrissent de sang. « Le génie, dit Mallarmé, est une chauve-souris éblouissante ». Dracula aussi est une chauve-souris éblouissante. D’autant que dans cette pièce Dracula est une femme. «La femme dont il s’agit est un autre nom de Dieu et c’est en quoi elle n’existe pas » (Le Sinthome ,p. 14). Le vampire se nourrit du sang qui n’est autre que le sens de l’autre. « Le langage mange le réel », dit Lacan. Dans «Variantes de la cure type », il reprend l’emblème de la chauve-souris, de même que dans « Radiophonie ». Mais qui s’intéresse au double sens aujourd’hui, c’est-à-dire au dire de l’inconscient ? Le vampire fait deux trous dans le cou de sa victime deux trous. C’est par ces deux trous que le langage opère sa prise sur le réel. (Voir l’autre article sur Dracula ci-dessus).

tract-dracula-A6


Voir aussi


Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*